[FR] Malok : Terra Incognita
Derniers sujets
» forum out ?
Sam 23 Jan - 2:42 par saelanvern

» henchs et compagnie
Lun 29 Juin - 8:37 par poiu

» NWN.ini
Mar 16 Juin - 21:56 par foofight

» Iso
Mar 3 Mar - 2:34 par foofight

» Bonne année
Lun 2 Fév - 3:49 par Van Reckling

» Le projet Q
Ven 23 Jan - 16:34 par foofight

» Missions Solo
Sam 6 Déc - 21:51 par foofight

» nouvelles maps 1.69
Ven 22 Aoû - 16:53 par saelanvern

» poules
Lun 11 Aoû - 12:32 par saelanvern

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 11 le Jeu 2 Fév - 18:36

Connexion

Récupérer mon mot de passe



Statistiques
Nous avons 73 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est angelus_h

Nos membres ont posté un total de 3292 messages dans 554 sujets
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Messaline Skandar

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Messaline Skandar le Lun 27 Nov - 0:19

chtrak

avatar
Spectre
Spectre
Etendu sur le lit, les yeux mi clos, Gwildur n'en revenait toujours pas. Il percevait l'ensemble de ses sens de façon amoindrie, comme s'il était enveloppé d'une douce ouate. Les parfums enivrants de l'encens qui se diffusaient depuis un petit brûloir envahissaient la pièce, la remplissant d'une fumée qu'on aurait dit colorée de la couleur de ses songes les plus fous...Sous lui, il sentait la caresse des draps de satin qui bruissaient à chacun de ses mouvements, comme autant de mains venant caresser son dos, couturé de cicatrices d'anciens combats. Comment en était il arrivé là ? Bien qu'il lui fut impossible de se concentrer tant il était englouti dans un magma de volupté, des images lui revinrent par intermittence...

Arrivé à la taverne, Gwildur, harnaché de pied cap de son armure portant encore des traces de boue et de sang séchés n'aivaitqu'une hâte : se soûler jusqu'à plus soif, narrer ses exploits dans lesquels il terrassait orques géants (à savoir des gobelins rachitiques), énormes gobelours (raton laveur imprudent), et autres dragons (lézards se dorant au soleil), où il traversait des donjons infestés de vermine (la cabane du fond du jardin de l'oncle Arnoulf) et pendant lesquels il ramassait des trésors incommensurables qu'hélas une vile autant qu'innombrable meute de brigands lui avait ravit, sans qu'il n'eut mené contre eu un épique assaut durant lequel il en tua une bonne quinzaine; puis se lever une donzelle, la coucher un bon coup avant de la foutre à la porte pour goûter le repos d'une bonne nuit à l'auberge...

Ce fut son ouïe qui contrecarra ses projets. Une mélopée, triste et gaie à la fois, accompagnée d'un luth s'élevait langoureusement d'un coin de la salle. Nombre d'hommes et des femmes s'était rassemblés autour de son origine, l'air hypnotisés. Interloqué, Gwildur s'approcha et joua de sa forte carrure et de ses muscles de guerrier aguerri pour se frayer un chemin parmi les badauds. Le spectacle qu'il découvrit le terrassa encore plus que le chant qu'il avait eu l'occasion d'entendre.
Un luth entre les mains, une magnifique jeune demi elfe à la peau cuivrée et aux cheveux noirs brillants d'un étrange reflet se tenait assise droite sur un tabouret. Au diable les priorités ! pensa Gwildur, n'ayant qu'une envie à la vue de cette splendeur : elle, tout de suite. Comme faisant écho à ses pensées, elle s'interrompit brusquement, semblant tirée d'une rêverie. Peut être était ce là un des traits caractéristiques de son ascendance, cette propension à sentir un individu en particulier s'approcher, que ce soit au coeur de la forêt la plus profonde ou en plein milieu d'une foule compacte.
Quoi qu'il en soit, elle se saisi de son luth, se leva, sans prêter attention aux protestations des auditeurs mécontents d'être privé soudainemnt d'un tel ravissement, pris la main de l'aventurier et l'entraîna au premier étage, sous le regard ahuri de la clientèle de l'auberge. Arrivé à l'étage, la belle inconnue emmena Gwildur dans ce qui semblait être sa chambre et...

Et il était là, à moitié dévêtu, comme sous l'influence d'un puissant psychotrope, admirant la jeune femme qui fredonnait de façon angélique en se déplaçant lestement tout autour du lit, si legerement que ses pieds semblaient ne pas toucher le sol...Elle lui adressa une oeillade complice et lui demanda de fermer les yeux, le temps qu'elle se prépare. Gwildur ne se fit pas prier. Il en avait connu des donzelles qui n'avait pas froid aux yeux mais alors là ! c'était bien la première fois que son charisme animal faisait effet aussi vite ! Ce devait être l'expérience des combats, le corps viril et endurci qu'ils lui avaient donné, ce visage buriné par les éléments et les quêtes incessantes, cette petite odeur de sang et de mort qu'il traînait dans son sillage...

Gwildur n'eut pas le temps de flatter sa petite personne plus avant. Ces pensées s'interrompirent nettes lorsqu'il sentit simultanément une main ferme se poser sur sa bouche pour l'empêcher de crier et une dague acérée rentrer entre ses côtes, exactement à l'endroit du coeur...

Ce ne fut qu'au petit matin qu'on découvrit Gwildur, gisant dans une marre de sang, un sourire béa encore accroché aux lèvres. Rien ne semblait lui avaoir été volé mais uen chose était sûre, le coup qui lui avait porté ne lui avait laissé aucun espoir, Aussitôt on s'enquérit de savoir où était la jeune fille avec laquelle il était monté, à quoi elle ressemblait afin que la garde de la cité puisse lui mettre la main dessus, Un signalement fut demandé aux clients de l'auberge sans qu'aucun ne puisse dire exactement ce à quoi elle ressemblait. On ne se souvenait que de sa voix...mais quelle voix !...



Dernière édition par le Mar 5 Déc - 19:08, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Messaline Skandar le Mer 29 Nov - 22:09

chtrak

avatar
Spectre
Spectre
J'ai trouvé une "table de progression" de barde :

1. Ollam (Ollamh en irlandais contemporain) est le rang le plus élevé, ce file est qualifié pour répondre à toute question, il doit connaître plus de trois cent cinquante récits. Le nom a le sens de « docteur », c'est-à-dire d'érudit.
2. Anrad, le sens du nom est « poète de second rang » et aussi de « champion ».
3. Cli signifie « pilier » mais aussi « pommier » dont le fruit est le symbole de la connaissance.
4. Cana aurait le sens de « chanteur ».
5. Dos est un poète en troisième année d'étude, le nom signifierait « buisson ».
6. Mac fuirmid est un poète en deuxième année d'étude, signifie « effort ».
7. Fochlocon, ce file subalterne doit savoir parfaitement trente récits.
8. Taman signifie « tronc d’arbre », c'est un file qui commence son apprentissage.
9. Oblaire premier grade de la hiérarchie, le nom est en relation avec la pomme et du savoir qu’il n'a pas encore.

Avec quelques éléments de compréhension :

En Irlande le file (pluriel filid) est le druide qui a pris le plus d'importance. Le sens du mot est voyant, il est synonyme de « poète » avec le sens sacré inhérent à son rôle et aux pratiques magiques et divinatoires.

D'après les textes de la littérature médiévale, consacrés à l’Antiquité celtique, le file assume les fonctions de voyant, de devin, de magicien, d'historien, de satiriste et de juge.
Hiérarchiquement, il est plus élevé que le barde et ses pouvoirs sont plus étendus. De plus il maîtrise l'écriture oghamique.
Cette catégorie druidique était ouverte aux femmes, puisque l'on rencontre des bàn-file (femme-poète) et des bàn-fhàid (femme-prophète). Le file pratique notamment la geis et le glam dicinn, une malédiction qui provoque l'éruption de trois furoncles sur le visage de la victime, puis la mort.

Tout ceci permettant de mieux situer le chan d'action possible d'un barde et ses attributions/possibles évolutions

Voir le profil de l'utilisateur

3 Une lettre... le Jeu 30 Nov - 13:41

chtrak

avatar
Spectre
Spectre
Lettre retrouvée chiffonnée trouvée à côté du cadavre d'un homme jeune, le coeur percé d'un carreau d'arabalète.

"Messaline,

J'ai besoin, à côté de moi, d'une femme simple et équilibrée, et dont l'âme inquiète et trouble ne fournirait pas sans cesse un aliment à mon désespoir.

Ces derniers temps, je ne te voyais plus sans un sentiment de peur et de malaise.

Je sais très bien que c'est ton amour qui te fabrique tes inquiétudes sur mon compte, mais c'est ton âme malade et anormale comme la mienne qui exaspère ces inquiétudes et te ruine le sang.

Je ne veux plus vivre auprès de toi dans la crainte.

J'ajouterai à cela que j'ai besoin d'une femme qui soit uniquement à moi et que je puisse trouver chez moi à toute heure.

Je suis désespéré de solitude.

Je ne peux plus rentrer le soir, dans une chambre, seul, et sans aucune des facilités de la vie à portée de ma main.

Il me faut un intérieur, et il me le faut tout de suite, et une femme qui s'occupe sans cesse de moi qui suis incapable de m'occuper de rien, qui s'occupe de moi pour les plus petites choses.

Une artiste comme toi a sa vie, et ne peut pas faire cela.

Tout ce que je te dis est d'un égoïsme féroce, mais c'est ainsi. Il ne m'est même pas nécessaire que cette femme soit très jolie, je ne veux pas non plus qu'elle soit d'une intelligence excessive, ni surtout qu'elle réfléchisse trop. Il me suffit qu'elle soit attachée à moi.

Je pense que tu sauras apprécier la grande franchise avec laquelle je te parle et que tu me donneras la preuve d'intelligence suivante : c'est de bien pénétrer que tout ce que je te dis n'a rien à voir avec la puissante tendresse, l'indéracinable sentiment d'amour que j'ai et que j'aurai inaliénablement pour toi, mais ce sentiment n'a rien à voir lui-même avec le courant ordinaire de la vie. Et elle est à vivre, la vie.

Il y a trop de choses qui m'unissent à toi pour que je te demande de rompre, je te demande seulement de changer nos rapports, de nous faire chacun une vie différente, mais qui ne nous désunira pas."

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Messaline Skandar le Lun 11 Déc - 18:14

chtrak

avatar
Spectre
Spectre
Les joyaux s’alignaient, lumineux, dans les cieux
Tels un arc-en-ciel rubescent et merveilleux.
Le rubis flamboyant embrasait le saphir azuré,
Le diamant étincelant embrassait la perle nacrée,
L’émeraude verdoyante caressait la topaze mordorée,
L’agate chatoyante côtoyait le cristal moiré,
La turquoise perse enlaçait le jaspe radieux,
Le corail garance étreignait le grenat harmonieux.

Un firmament clair et étoilé, comme de lapis-lazuli,
Se reflétait dans les eaux cristallines du lac de l’oubli,
Où les souvenirs de pierres de lune aux reflets céruléens
Se mêlent aux visions de sanctuaires marmoréens,
Où la contemplation d’un œil de chat manichéen
Divise la mémoire minérale en diadèmes arachnéens,
Et où l’impression de rêver éveillé dans ses propres replis
Rejoint l’obsession de voir un visage dans le jade poli.

Les gemmes s’exhibaient ainsi dans leurs plus beaux atours
Ornant le monde d’une magnificence plus sublime chaque jour,
Eclairant de leur splendeur immuable les demeures séraphiques,
Illuminant le monde de leurs plumes panachées et magnifiques.
Dans leurs teintes adamantines se lovaient des êtres angéliques,
Dont les ailes de cristal répandaient des nuées d’étoiles féeriques,
Telles des géodes miroitantes, parure annonçant le prochain retour
Du printemps couvrant d’émeraudes les prés et forêts alentour.

in http://chroniquesnoghaard.over-blog.com/

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Messaline Skandar le Jeu 14 Déc - 13:01

chtrak

avatar
Spectre
Spectre
Mauvais gobelins,
Mauvais gobelins,
Oui j’ai croisé le nain
De bon matin,
De bon matin,
Oui j’ai croisé le nain,
Avec son air crétin,
Il ne semblait pas fin,
Avec son air chafouin,
N’était pas très malin.

Contre butin,
Contre butin,
J’ai emprunté l’chemin,
Jusqu’à sa fin,
jusqu’à sa fin,
J’ai emprunté l’chemin,
Je me suis fait la main
Sur ces aigrefins,
Quant à leur chef, enfin
J’en ai pas fait un foin.

De mon jardin,
De mon jardin,
Je regardais au loin,
Sans être devin,
Sans être devin,
Je regardais au loin,
Avec mon air mutin,
J’écris mon parchemin,
A la santé des plaisantins,
Je m’enivre de bon vin

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum